Sous-total: 0,00


Votre panier est vide.

Sélectionner une page

Creative Handicrafts

On est super excitées de vous présenter Creative Handicrafts, la coopérative avec laquelle nous travaillons.

Le but premier de cette coopérative est de rendre les femmes du bidonville avoisinant (et d’autres à plus long termes) totalement autonomes financièrement via le travail qu’elles fournissent pour la coopérative. Ils ont une très belle devise “Notre but est de créer des millions de breadwinners (de personnes qui peuvent soutenir leur famille), et non pas quelques millionnaires.”

La coopérative n’est pas une oeuvre de charité. Chaque personne travaille pour gagner de l’argent. Pour autant, les conditions de travail sont très bonnes (même exceptionnelles en Inde) : un vrai salaire qui permet de vivre et non survivre, des conditions de travail sûres et respectueuses de l’individu et l’assurance que la coopérative s’occupera également de leurs enfants (via le système de crèche, d’école et même de parrainage pour l’université).

L’histoire de la coopérative

Tout a commencé en 1984 avec une femme appelée Soeur Isabel Martin et deux femmes d’un bidonville de Mumbai (Bombay). Les trois femmes ont commencé par coudre des jouets en tissus.

Pas longtemps après Soeur Isabel Martin lança officiellement la coopérative, à l’époque appelée la coopérative des femmes auto-entrepreneures, avec déjà 7 femmes supplémentaires dans ce projet (parmi elle Siddhana, que nous avons eu la chance d’interviewer).

La coopérative, comme nous l’entendons aujourd’hui a été crée en 1992. En 1996, grâce aux contact de soeur Isabel Martin Creative Handicrafts commence a exporter en europe.

En 1997 ils ouvrent la première crèche (ce qu’ils appellent crèches s’occupe des enfants de 3 mois à 16 ans) pour s’occuper des enfants des femmes qui travaillent pendant la journée.

En 1998, la coopérative sort son programme de parrainage pour aider les enfants à aller à l’université gratuitement.

En 1999, 60 femmes travaillent pour Creative Handicrafts. En 2000 ils ouvrent Asli Food, un service de traiteur très bon marché. Cela permet à certaines femmes de la coopérative qui n’arrivent pas à apprendre à coudre de cuisiner et de gagner leur vie avec cette activité.

En 2001, Creative Handicrafts créé le groupe Credit and Saving pour aider les femmes à économiser de l’argent, ne pas avoir de dettes. Le groupe offre aussi des prêts. 

En 2013 ils obtiennent leur accréditation Commerce équitable par Max Havelaar. Et en 2014 ils obtiennent également la certification GOTS pour toute leur filière de coton biologique.

La coopérative a en réalité 2 branches

Leur activité commercial (qui permet à la seconde branche d’exister). Leur activité commerciale est séparée en deux : la confection de vêtements en commerce équitable et l’activité de traiteur bon marché.

 

Leurs engagements sociaux. Ces derniers sont très divers mais ont tous en commun d’avoir pour but de rendre les femmes autonomes en les rendant totalement indépendantes et en prenant soin de leurs enfants pendant leurs heures de travail.

Voici les différentes parties de leurs engagements sociaux :

 

Les enfants
  • Maternelle pour les enfants de 3 à 6 ans
  • Un système de garde d’enfants dans la coopérative pour avant et après l’école où est servi petit déjeuner et déjeuner.
  • Une crèche pour les enfants de 3 à 16 ans. Les enfants qui vont à l’écoles sont aidés dans leurs devoirs et les plus petits sont simplement gardés. Ils est également possible pour les femmes qui allaitent de le faire car le lieu est situé à proximité de l’endroit où les mères travaillent.
  • Un programme de parrainage : Grâce à l’aide de sponsors et de Creative Handicrafts à peu près 150 enfants sont envoyés à l’université. Une fois financièrement indépendants, ces enfants (devenus adultes) sont encouragés à sponsoriser à leur tour un enfant.
La santé

Une fois par an, la coopérative organise un camp pour la santé. Les différentes employées sont encouragées à se faire examiner sur différents aspects de leur santé (ophtalmologie, gynécologie, cours de premiers secours … )

Un fond mutuel existe où les employées sont encouragées à payer une contribution tous les mois et Creative Handicrafts dépose le même montants, doublant donc la contribution. Les frais médicaux sont donc remboursés.

La formation

La coopérative apprend aux femmes qui la rejoigne à coudre. Cette formation est offerte aux femmes des bidonvilles qui sont dans une situation très précaire. Elles sont sélectionnées après que la coopérative est évaluée leur situation économique et sociale. Pendant la durée de leur formation elles reçoivent une contribution financière (qui n’est pas un salaire)  pour les aider pendant cette période qui peut durer jusqu’à 6 mois.

Celles qui même après des mois de formation ne sont toujours pas en mesure de coudre, sont embauchées comme cuisinières pour l’activité de traiteur (Une des personnes en charge de la coopérative nous a expliqué que les femmes apprennent à cuisiner dès leur plus jeune âge)

 

Une fois formée, une employée rejoint la coopérative à l’intérieur d’un “groupe”. Chaque groupe se dirige tout seul, les femmes sont responsables de leur groupe. Chaque groupe s’occupe de produire vêtements, accessoires et jouets en tissus.

L'organisation

Chaque groupe a son propre compte en banque et son système administratif. Une tête de groupe est élue et c’est elle qui gère le groupe, surveille que la production est faites à temps … elle sert de lien avec le bureau central de Creative Handicrafts.

Le bureau central, lui, se charge de trouver des commandes, du marketing, de la vente des produits finis, de la finance …

Il y a également un programme plus flexible pour les femmes qui ne sont pas en mesure de travailler au sein de la coopérative. Ces dernières peuvent travailler de chez elles et la coopérative leur fournit différents travaux à rendre.

Enfin, il y a le groupe Saving & Credit, qui aide les femmes de la coopérative à gérer leur argent, faire des économies et emprunter en cas de besoin. Les emprunts sont encouragés pour l’éducation, la santé ou une envie entrepreneuriale.